Dernière modification :
23 juillet 2018

 

Que faire en cas d'urgence...

 

Les blessures de la peau

La plupart du temps, il s'agit de coupures provoquées par des éclats de verre ou de bois, des clous et autres objets métalliques. Le chaton peut aussi avoir été mordu au cou par un matou adulte ou un chien.
Lorsque la blessure ne dépasse pas le stade d'une simple éraflure, la première chose à faire consiste à stopper le saignement. Pour cela, on utilise une compresse stérilisée ou un mouchoir propre plié en huit et l'on exerce une pression constante pendant quelques minutes sur la zone touchée. Puis on nettoie la plaie après avoir coupé les poils autour de la blessure. Il reste à appliquer une lotion antiseptique douce à l'aide d'une compresse de gaze stérile.

Les blessures de l'oreille

De manière générale, une telle blessure se produit au contact d'un arbuste épineux ou de fils de fer barbelés. Elle peut aussi être provoquée par des éclats de verre. La blessure par morsure n'est pas à exclure. L'ampleur du mal va d'une simple égratignure au déchirement d'une partie du pavillon de l'oreille.
L'objectif de l'intervention sera d'obstruer les vaisseaux sanguins sectionnés. La méthode est simple : il suffit de comprimer les bords de l'oreille entre le pouce et l'index. Puis, lorsque la plaie est nettoyée à l'eau oxygénée, on superpose une petite compresse puis une large bande de sparadrap sur le bord extérieur du pavillon, de la base jusqu'à l'extrémité. Le sparadrap doit dépasser en longueur d'environ 1 à 2 cm. Un second morceau de sparadrap, placé sur la face interne de l'oreille, doit chevaucher le premier. Ainsi, les deux longueurs adhèrent l'une à l'autre et chacune est fixée sur l'oreille.

Les blessures de l'œil

S'il s'agit d'une écharde, il ne faut surtout pas intervenir soi-même, mais emmener d'urgence le chaton chez le vétérinaire.
Pour des affections plus légères (poussières, irritations), on peut se charger soi-même des soins.

Les blessures sur le nez

La blessure peut être due à un choc ou à une chute. Dans ce cas, il faut s'assurer que la respiration du chat est normale, c'est-à-dire que le sang ne s'écoule pas des narines. Pour arrêter le saignement, opération absolument urgente, on entoure le nez de l'animal dans une serviette qui contient des glaçons.
S'il s'agit d'un corps étranger enfilé dans le nez, chose fréquente après une promenade dans les buissons ou en forêt, on essuie l'écoulement nasal. Puis, à l'aide d'une pince à échardes, on extrait l'objet intrus. Si ce dernier demeure invisible ou inaccessible, la visite chez le vétérinaire s'impose.

Les coups de chaleur

Ils se produisent lorsque le chat est enfermé dans une voiture exposée en plein soleil. Il halète, la langue pendante, la tête brûlante. Les félins, à la différence de l'homme, ne transpirent pas. Par conséquent, la température de l'animal va sedérégler. Il peut être victime d'un collapsus et perdre connaissance. Très vite, il doit être transporté dans un endroit aéré en prenant le soin d'humecter son museau d'eau froide. Une fois que le chat a recouvré ses esprits, sa tête doit être enveloppée d'une serviette pleine de glaçons.

Les empoisonnements

Le chaton qui vit en liberté est beaucoup plus exposé à ce genre d'incidents qu'un chat d'appartement. Il peut, par exemple, s'attaquer à des rongeurs qui ont absorbé des produits toxiques. Qu'il se lèche, et le voilà contaminé ! À la maison, cet explorateur en herbe n'est pas à l'abri des produits nocifs laissés à sa portée : cires, colles, déodorants, liquides ménagers (eau de Javel, soude caustique), huiles solaires, laques, savons, shampooings, vernis à ongles, etc. Il ne faut rien laisser à la portée du petit curieux (voir produits toxiques).

Les morsures de vipère

C'est une blessure très douloureuse qui se reconnaît aux deux marques de crochets distantes de 1 cm et au pourtour rouge sombre. Il faut agir vite avant l'apparition des premiers symptômes de l'empoisonnement qui se traduit par des vomissements, un affaiblissement, une soif intense et entraîne le chat vers la mort. Le but de l'intervention est d'évacuer le venin. On pose un garrot au-dessus de morsure. On fait saigner la plaie en pressant et incisant tout près des marques de crochets. On transporte d'urgence le chat chez le vétérinaire qui lui administrera un sérum antivenimeux.

Les piqûres d'insectes

Le premier réflexe est d'ôter le dard qui provoque la douleur. Il est situé dans un endroit facilement repérable. La plaie se met à enfler et le chat ne cesse de se lécher. Il faut appliquer d'urgence une pommade antihistaminique ou, le cas échéant une compresse imbibée de vinaigre.
Lorsque la piqûre est située dans la bouche au niveau de la glotte, l'intervention du vétérinaire s'impose : elle peut provoquer un œdème de Qincke et obstruer les voies respiratoires.

La peinture

Pour enlever la peinture sur le pelage de votre animal, n'employer jamais de solvants ou de décapants. Ces produits sont très toxiques. S'il n'y a qu'une petite tache, couper les poils souillés, si la surface est plus importante, le chat doit être traité par un vétérinaire.

Les épillets

Enlever un épillet
Il s'agit d'une herbe, appelée « orge-à-rats » ou « le voleur », qui se trouve dans les broussailles. Elle est très irritante. Le chat a beau secouer la tête et se gratter, lorsque l'épillet se trouve dans l'oreille il n'a aucune chance de le faire sortir. Il s'enfonce dans le conduit auditif et risque d'endommager le tympan. Il faut d'abord examiner le pavillon de l'oreille de l'animal avec une lampe de poche. Puis, avec une pince à épiler à bouts ronds, on réussit à l'extraire. Il reste à nettoyer la petite plaie avec de l'eau oxygénée à dix volumes. Dans le cas où l'épillet est inaccessible, une visite chez le vétérinaire est indispensable.

La canicule

Pour évacuer la chaleur lorsque leur température corporelle devient trop élevée, les chats sont obligés de haleter. En effet, ils sont incapables de transpirer à la manière des humains : une faible transpiration est possible au niveau des coussinets, mais elle est insuffisante pour réguler la température de nos petits félins. S’il est moins commun de voir un chat haleter qu’un chien, c’est parce qu’il supporte en général mieux les fortes chaleurs et qu’il dort davantage pendant la journée puisqu’il a une activité aussi bien la nuit que le jour. En outre, il prend soin de trouver des endroits frais et est moins actif pendant une canicule. L’accès à l’eau fraîche à disposition permanente est toujours indispensable et primordial lors de températures élevées.

Animaux à risque
Tous les chats ne sont pas égaux face à la chaleur. C’est ainsi que si votre ami vit en permanence à l’intérieur, le choix des cachettes plus fraîches sera beaucoup plus limité que pour ses congénères ayant accès à l’extérieur. De plus, les chatons et les chats âgés sont plus sensibles aux fortes chaleurs que les chats adultes. L’obésité est également un facteur d’intolérance à la chaleur et est à éviter et à traiter lorsqu’elle est présente, tout comme les maladies cardiaques et pulmonaires qui peuvent gêner et interagir avec un halètement salvateur lorsqu’il s’agit d’évacuer un surplus de chaleur. Enfin, la densité et la longueur du pelage des chats influencent leur température corporelle et certaines races supportent moins la chaleur. Un toilettage peut dès lors s’avérer utile dans certains cas, afin de diminuer la masse de poils.

Comment aider son chat à supporter la canicule ?
La plupart des chats étant de nature joueuse et très active, évitez d’inciter votre ami à jouer et courir lorsqu’il fait très chaud. Moins il se dépensera, moins il souffrira de la chaleur. Essayez aussi d’éviter ou d’abréger le plus possible les trajets en voiture pendant ces périodes.
Plus que ses congénères vivant à l’extérieur, votre chat d’intérieur appréciera qu'il puisse accéder à la pièce la plus fraîche de la maison. L’air conditionné étant un luxe qui règle les problèmes de température, les ventilateurs ne sont quant à eux en général pas bien tolérés par les chats, qui prennent soin de les éviter. Enfin, certains chats acceptent les caresses de mains préalablement mouillées ce qui leur apporte rafraîchissement et réconfort.